LE RESTAUTANT LA CARTE LE LIEU PORTFOLIO PRESSE LES INFORMATIONS
Le bar Vers le Panthéon La terrasse de la brasserie La salle de restaurant

La Brasserie de l’Isle Saint-Louis,

Maison fondée en 1953

Merveilleusement située à la pointe de l’Ile Saint-Louis, en face de la cathédrale Notre-Dame de Paris, la Brasserie de l’Isle Saint-Louis vous accueille dans son chaleureux décor typique des brasseries parisiennes des années trente.

Dès les beaux jours, la terrasse vous accueille sous ses éternels stores rouges et or pour profiter de la douceur de vivre parisienne ainsi que de sa vue panoramique sur la Seine, la rive gauche et le Panthéon. Pour déguster un plat du jour, une entrecôte ou une sole meunière, se régaler d’un cassoulet ou d’une choucroute accompagnée d’une chope de Mützig et, dès le printemps, savourer en terrasse une frisée aux lardons, un hareng de la Baltique, un poireau vinaigrette, un steak tartare ou une glace de la maison Berthillon, l’équipe de la Brasserie vous accueillera chaleureusement tout au long de l'année.
Parmi les dernières grandes brasseries parisiennes ayant maintenu leur indépendance, la Brasserie de l’Isle Saint-Louis a su conserver son âme authentique et son caractère unique. Elle demeure, envers et contre tout, un lieu intemporel. Sa cuisine traditionnelle et bourgeoise est restée fidèle à son savoir-faire : produits frais, de qualité supérieure et méticuleusement sélectionnés. Bien entendu, les préparations industrielles surgelées, n’ont pas droit de cité ! Nos plats sont faits maison, mijotés et mitonnés par les bons soins du chef de cuisine et de sa brigade.... Dès le XIXème siècle, l’emplacement de la Brasserie abritait un restaurant qui s’est successivement dénommé la Taverne du Pont-Rouge puis l’Oasis et qui fut rebaptisé en 1953 de son nom actuel par Paul et Marthe Guépratte qui ont su l’élever au rang d’institution parisienne.
Etablissement familial qui a vu se succéder à sa barre trois générations depuis les années 50, la Brasserie de l’Isle Saint-Louis est tenue aujourd’hui encore par la même famille. Celle-ci s’attache à perpétuer la tradition et entretenir avec passion et régularité l’esprit de cette « vieille dame » qui a vu s’installer à sa table plusieurs générations de personnalités politiques, artistiques ou littéraires, sans jamais succomber aux sirènes de la mode. Elle conserve sa clientèle d’éternels habitués; certains se rappellent même les débuts des époux Guépratte en 1953 (!) et leurs descendants veillent à ce que les traditions ancestrales soient respectées.

Lire la suite


La Carte


Version HTML
-


Le Lieu

Extrait de


« Brasseries de Paris »


de


On se surprendrait presque – sans vouloir de mal à nos contemporains, bien sûr – à espérer que la malédiction du Pont-Rouge frappe de nouveau pour préserver cette oasis de bon goût dans l’océan touristique submergeant le cœur du vieux Paris. Le Pont-Rouge s’est en effet écroulé six fois, au point qu’on n’a pas pris la peine de le reconstruire ; la Brasserie de l’Isle Saint-Louis, quant à elle, se porte comme un charme.
Adepte de la simplicité, le lieu s’est appelé la taverne du Pont-Rouge, voilà bien plus d’un siècle, lorsqu’il déploya face à la Seine une terrasse qui est encore l’une des plus douillettes de la capitale. L’établissement répondit un moment au doux nom de l’Oasis ; l’affaire appartenait alors à un certain Lauer, Alsacien bon teint qui servait chou, saucisse et bière à une clientèle bohème chassant sans doute le fantôme de Baudelaire.
Un soir de 1953, Paul Guépratte, préposé aux cuisines de la duchesse de Windsor, qui avait à deux pas son pied-à-terre parisien, apprit que Lauer jetait l’éponge. L’affaire fut conclue d’une poignée de main sur le bar en bois qui abrite encore une somptueuse machine à café d’un autre âge. Deux générations plus tard, un autre Paul Guépratte officie à la caisse, pendant que sa maman et sa grand-mère avalent une blanquette avec une coupette de champagne dans la lueur presque maritime d’un déjeuner hivernal.... Une affaire de famille… à laquelle s’est soudée une clientèle d’habitués. Liz Taylor et Natalie Wood ont dîné à la Brasserie avec Richard Burton et Peter O’Toole. Bardot se sentait si bien ici qu’elle offrit même à la patronne un petit chien nommé Baby. Et elle ne trouva jamais rien à redire à la bonne viande que l’on savoure sur les éternelles tables en bois bien calé dans l’indémodable moleskine rouge.
La Seine réfléchit une douce lumière qui baigne les deux salles, sol en mosaïque ocre et plafond café crème. Blanche et chaleureuse en fin de matinée, nacrée de clair-obscur le soir, à l’heure de l’apéro.
Le temps passe, rien ne change. La Brasserie s’est aussi appelée Café des Sports. Une photo de Gavin Hastings rappelle que c’est un haut lieu du rugby et lorsque le XV du Chardon vient affronter le Coq Gaulois, des nuées de kilts débarquent sur l’île et font résonner les vieux murs de leurs chants. Année après année, choucroute après cassoulet, riesling après chablis, match après match, la famille s’agrandit.

Lire la suite



François Thomazeau
Extrait de « Brasseries de Paris » de Fançois Thomazeau et Sylvain Ageorges
Ed. Parigramme ()


La terrasse de la brasserie La choucroute La salle du restaurant



Galerie photos

by Peter Turnley


Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley
Photo Peter Turnley

PRESSE

LES INFORMATIONS

La Brasserie de l'Isle Saint-Louis

55, quai de Bourbon 75004 Paris
Ouvert
SANS RÉSERVATION
Fermé le mercredi
Téléphone: +33 (0)1 43 54 02 59